Listing actualités
  • Publié le : 16 juillet 2019
omega 3 grossesse

Garants de notre santé, les oméga 3 préservent notre système cardio-vasculaire. Il faut savoir que les oméga 3 sont des graisses dites « polyinsaturées ». De plus, les oméga 3 sont conseillés aux femmes enceintes, car ils contribuent à leur bien-être et aussi au bon fonctionnement des cellules nerveuses de l’enfant.

Les oméga 3 pour la maman

Des études effectuées par des chercheurs de l’université de Kansas ont pu démontrer qu’une femme enceinte qui consomme chaque jour un œuf de poule nourrie aux graines de lin retarde son accouchement de près de 6 jours. Or, les graines de lin sont connues pour leur richesse en oméga 3. Cette étude a donc permis de conclure que la consommation régulière d’oméga 3 réduit la probabilité d’une naissance prématurée. Les oméga 3 sont donc recommandés aux mamans sujettes à une grossesse à risque.

Par ailleurs, les oméga 3 se présentent comme étant un allié efficace pour remonter le moral de la mère pendant et après l’accouchement. Sa consommation est surtout conseillée durant la grossesse afin d’éviter le « baby blues » qui peut toucher certaines femmes après l’accouchement. L’oméga 3 est donc indispensable pour la bonne santé de maman !

Les oméga 3 pour l’enfant

À la troisième semaine de grossesse, le système nerveux du fœtus se met en place et commence à se développer. Une multitude de cellules nerveuses se forment donc par la suite.

Il faut savoir que les omégas 3 participent grandement à la constitution des neurones. Bébé les reçoit à travers le placenta de maman. Les oméga 3 ont aussi un rôle à jouer dans le transport du glucose pour ravitailler le cerveau. Le volume du cerveau évolue en effet au cours des trois derniers mois avant l’accouchement et triple de volume durant cette période pour peser aux environs de 300 g à la naissance.

Cela explique donc la nécessité de consommer de la nourriture riche en oméga 3 durant la grossesse ! En fait, c’est pour le développement psychomoteur de l’enfant, mais aussi pour sa vision ! Car les DHA et les EPA participent au développement des cellules de la rétine, mais qu’est-ce que les DHA et les EPA ?

L’acide docosahexaénoïque et l’acide eicosapentaénoïque

L’acide docosahexaénoïque et l’acide eicosapentaénoïque sont des dérivés des oméga 3 et des oméga 6, plus précisément des acides linoléiques et des acides alpha-linoléiques, substances apportées à l’organisme grâce à notre alimentation.

L’acide docosahexaénoïque est le DHA. C’est cet acide gras qui est présent dans les tissus des neurones, dans le cerveau, et aussi dans la rétine. C’est donc cet acide gras qui participe le plus au développement du cerveau. Lubrifiant les mitochondries cardiaques, le DHA protège aussi le cœur.

L’acide eicosapentaénoïque est l’EPA. Il est à la fois anti-allergique et anti-inflammatoire. Tout en protégeant le cœur ainsi que les artères, l’EPA atténue les troubles de l’humeur. C’est donc lui qui empêche le baby-blues chez la maman.

L’équilibre oméga 3 / oméga 6 requis

Il est difficile de ne pas évoquer l’oméga 6 quand on parle d’oméga 3. Il est, en effet, important de les équilibrer, surtout pendant la grossesse. Or, ces 2 acides gras ne sont pas synthétisés par notre organisme. Il faut donc trouver la solution dans notre alimentation. Aujourd’hui, l’usage intensif des céréales, du maïs, du soja et d’autres graisses rendent cet équilibre difficile à atteindre. En effet, les animaux et surtout les bœufs sont nourris essentiellement aux oméga 6 et présentent un rapport oméga 6/oméga 3 de 8 pour 1 ! Alors que le bovin nourri à l’herbe présente un rapport de 2 pour 1.

Sans compter que plusieurs recherches ont démontré qu’une consommation excessive d’oméga 6 peut entraîner sur le long terme un dysfonctionnement du cerveau, un comportement émotionnel anormal ainsi qu’une prise de poids.