Listing actualités
  • Publié le : 10 décembre 2018

L’oméga 3 est une substance nutritive aux multiples vertus. Parmi ses principaux bienfaits, citons sa capacité anti-inflammatoire. Plusieurs études menées ces dernières années ont permis de démontrer cette propriété.

Comment fonctionne l’oméga 3 en tant qu’anti-inflammatoire ?

Une inflammation est due à un travail excessif du système immunitaire qui active une quantité excessive de globules blancs. Ce phénomène est causé par la transformation des acides gras oméga 6 en leucotriène B4 ou LTB4. Les oméga 3, s’ils sont d’origine animale, bloquent cette modification en convertissant les oméga 6 en une autre molécule moins puissante, le leucotriène B5 ou LTB5. Les oméga 3 d’origine végétale, eux, agissent sur les gènes, les empêchant ainsi de fabriquer à outrance des interleukines 1 et 6 qui sont des cytokines pro-inflammatoires.

En somme, les oméga 3 empêchent le système immunitaire de faire preuve de dépassement, au risque d’altérer les tissus. Par conséquent, il est recommandé de consommer des aliments riches en oméga 3 pour anticiper la création d’un climat d’inflammation chronique dans l’organisme. Les aliments riches en oméga 3 tels que les poissons gras réduisent l’apparition des maladies dérivées d’une telle inflammation, comme le diabète.

Les différents types d’inflammations

Une inflammation est un mode de fonctionnement corporel normal déclenché par l’organisme afin de se protéger contre une agression extérieure ou intérieure. Elle se caractérise par une rougeur, une douleur ou un gonflement. Il existe deux types d’inflammation :

  • Une inflammation aiguë qui est la réponse de notre corps à une agression extérieure. Elle se manifeste immédiatement après cette agression et ne dure jamais longtemps. Elle peut même se guérir spontanément.
  • Une inflammation chronique est une évolution inflammatoire activée à l’intérieur de notre organisme qui peut se terminer par l’obésité, voire par un infarctus.

Trouver le bon équilibre oméga 3/oméga 6

Les oméga 6 font également partie des acides gras, mais n’ont pas les mêmes effets que les oméga 3. Ils contribuent à fabriquer des eicosanoïdes pro-inflammatoire, alors que les oméga 3 comme nous l’avons vu plus haut vont avoir une action anti-inflammatoire.

Les oméga 6 que l’on trouve généralement dans l’huile de tournesol, dans les graines de tournesol, dans l’huile d’arachide ou dans l’huile de soya, ne sont pas mauvais pour autant. L’essentiel est alors de trouver le bon équilibre entre ces deux acides gras. Or, dans les pays occidentaux, la majorité des populations consomment beaucoup trop d’oméga 6. Selon l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), le rapport recommandé oméga 6 sur oméga 3 doit être égal à 5.