Listing actualités
  • Publié le : 1 mars 2020

Il va de soi que pour se prémunir des maladies cardiovasculaires il faut surveiller son alimentation. Si aucun aliment n’est particulièrement à proscrire, il convient de privilégier une alimentation équilibrée, riche en fruit et légumes, mais aussi en poissons.

Le régime méditerranéen, le nec plus ultra pour le cœur

Les experts s’accordent à dire que le régime méditerranéen est le plus efficace pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Ce régime alimentaire est pauvre en matières grasses saturées, mais riche en acides gras oméga 3 et en antioxydants. Les pays du nord de l’Europe, hormis la Scandinavie, où l’on consomme beaucoup de viande, de charcuterie, de crème et de beurre, ont des statistiques plus élevées concernant les maladies cardiovasculaires. À l’inverse, les régions du pourtour méditerranéen où sont la cuisine est composée de poissons, de fruits, de légumes et d’huile d’olive sont plus épargnées.

Le régime végétarien, qui exclut la consommation de viande, protège aussi le cœur, car il prône une hygiène de vie sans excès et plutôt hypocalorique. Il est à rappeler cependant que les muscles ont besoin de fer pour fonctionner, un nutriment présent dans la viande rouge. On peut néanmoins pallier à ce manque en consommant du soja ou du chocolat noir, mais ces aliments ne sont pas recommandés en grande quantité. La même remarque est valable pour le régime végétalien qui se distingue par une absence totale de produits d’origine animale.

Les poissons gras comme la sardine, le saumon, le maquereau ou le hareng sont d’excellents alliés pour la santé cardiovasculaire. En effet, ces aliments sont riches en acides gras oméga 3 qui permettent aux membranes cellulaires d’être plus souples et fluides. Ils contribuent aussi à faire baisse les taux de triglycéride élevé qui favorisent les maladies cardiovasculaires, ainsi que la tension artérielle. Ces acides gras sont aussi efficaces contre la formation de caillots sanguins et contre l’arythmie cardiaque. Les spécialistes recommandent généralement de consommer du poisson deux fois par semaine et des fruits et légumes à volonté.

Quid de la viande rouge et du sel ?

Les nutritionnistes assurent que les graisses saturées contenues dans la viande rouge et le beurre ne doivent pas représenter plus de 10 % de notre alimentation. Et pour cause, ces graisses saturées provoquent un excès de cholestérol. Elles s’accumulent dans l’organisme, se déposent sur les artères et peuvent les boucher. Les viandes les plus grasses sont le mouton, le porc et le bœuf. Il est conseillé de ne pas consommer du mouton plus d’une fois par mois. Pour les autres viandes rouges une consommation bihebdomadaire est suffisante mais sans dépasser un total de 500 g.

De nos jours les personnes souffrant de pathologies cardiaques modérées ne sont plus soumises à un régime sans sel strict. La recommandation actuelle est de ne pas dépasser 6 g de sel par jour, ce qui est inférieur à la consommation moyenne en France. Toutefois les personnes en insuffisance cardiaque ou souffrant d’une importante hypertension artérielle ne devraient pas dépasser 4 g de sel par jour. Une consommation élevée d’aliments ultra-transformés (saucisses, viandes fumées, soupes déshydratées, confiseries, sodas, jambons, barres chocolatées…) augmente également le risque de maladies cardiovasculaires.